Capture d’écran 2016-02-02 à 19.06.01

INTRODUCTION

Depuis plusieurs années beaucoup de Français renoncent à se soigner faute de moyens.

Ce fameux trou de la sécurité sociale continue de s’élargir malgré toutes les mesures  mises en place par nos dirigeants de droite comme de gauche ! La santé est un berceau d’humanité de notre société, qui se voit aujourd’hui  être réservée à  la classe moyenne ou bien il faut avoir une chance inouïe de ne jamais tomber malade.

Notre devoir est de défendre l’héritage reçu de nos ainés dans les douleurs et  par des  combats.

Le sens de la responsabilité est d’agir pour combler les déficits et l’accès aux soins de tous les Français.

Constat :

Malgré des déremboursements de médicaments, le forfait hospitalier augmente alors que l’indemnité journalière des malades baisse, sans parler d’autres mesures.

Notre pays se trouve dans l’impossibilité de réduire ses dépenses de santé publique.

Néanmoins, il est important d’anticiper sur  ce projet, de réduire les dépenses et de lutter contre les fraudes.

Il  convient de rappeler que les zones rurales sont les  oubliées de la santé,  par les désertifications médicales. Il faut ainsi réapproprier les territoires ruraux par un projet d’incitation  pour que les jeunes médecins s’installent à la campagne. La république a pour rôle à ne laisser aucune zone géographique sans couverture médicale.

Positions :

1 – Sécurisation des Cartes Vitale via la création de la Carte Vitale biométrique.

2 – Plafonnement des dépassements d’honoraires en secteur 2, après concertation avec les représentants            des médecins.

3 – Opération de désactivation des Cartes Vitale surnuméraires et frauduleuses.

4 – Renégociation des conventions internationales signées en matière de santé avec des pays étrangers

  1. Lutte contre les arrêts maladie de complaisance et les fraudes dans le système ambulancier.
  2. Gel du montant du forfait hospitalier et des taxes sur les mutuelles de santé
  3. Réorganisation dans la concertation de la carte hospitalière et l’organisation du travail au sein des hôpitaux.
  4. développement en particulier des maisons de santé qui pourront prendre en charge les « petites urgences.