réfugié
Le flux migratoire après la seconde guerre mondiale est dû à l’entrée massive des pays voisins tels que l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Pologne et les anciennes colonies françaises.

L’immigration  est  pourtant  utilisée par le grand patronat pour peser sur la baisse des salaires, baisser les coûts du travail, exploiter l’humain à bas coût,  du fait qu’une partie de la population française refuse de faire le travail salissant voire dénigré. Notre modèle de redistribution est partiellement responsable du flux migratoire.

Une société moderne  a  besoin de main d’œuvre étrangère, voire de   l’immigration pour la stabilité de sa civilisation.

Enfin,  il  ne faut pas oublier que les pays riches qui  déstabilisent les pays pauvres sont souvent la cause de ces vagues migratoires.

Constat :

Depuis des années, l’immigration clandestine a continué de progresser car beaucoup de  clandestins proviennent de pays  qui sont en guerre. Ils fuient la misère, l’instabilité politique et surtout  sont attirés par notre générosité   qui  attise les populations en grande difficulté par  l’Aide Médicale d’Etat, et les autres aides sociales.

Nous avons un devoir envers l’humain depuis que la France à fait la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen en 1789.

Certains partis politiques pensent qu’il est préférable d’entourer nos frontières par un mur, ou des barbelés pour atténuer le nombre de clandestins.

D’autres partis, pour montrer leurs différences, proposent d’envoyer des bateaux pour récupérer les clandestins. Il est donc plus que temps de sortir des discours électoralistes et de faire des propositions concrètes, audibles et crédibles.

L’immigration professionnelle est utilisée par les puissances d’argent et le grand patronat pour  diminuer les salaires, exploiter ces travailleurs, et utiliser les droits sociaux du pays. Compte tenu de ces problématiques, il est préférable de mettre à plat le modèle français, en  se référant au modèle travailleur.

Notre pays n’encourage pas nos jeunes élites à se mettre à leur compte pour créer  des emplois, comme cela se passe en Grande-Bretagne. Au contraire, il les pousse à accepter  une offre avec un salaire autour du smic, sachant que le coût de la vie est très élevé (transport, énergie, loyer etc.…).

En finalité, le travail n’est pas reconnu dans la société, le coût du travail est très élevé, trop de charges pèsent sur nos PME/PMI/TPE, ce qui a pour conséquence de décourager nos travailleurs et de faire appel à la main d’œuvre étrangère.

Revenons à l’immigration clandestine  que certains partis politiques prônent comme un projet humanitaire.

Cet outil de communication est au service des aristocrates pour  instrumentaliser l’humain en grande difficulté vers la création  des ghettos. Dans un second lieu, des zones de non droit sont créées par ces décideurs, qui  leur serviront de discours électoral. Ces populations se voient exclues à cause de leur ethnie, leur couleur de peau, leur origine, leur appartenance religieuse etc.

Il est préférable de se mettre autour d’une table au lieu de montrer les uns contre les autres.

Pays d’Afrique francophones :

Nous proposons l’idée d’une Union d’Afrique Francophone  pour le développement de l’Afrique. Elle consisterait en :

  • Une coopération privilégiée avec l’ensemble des Pays d’Afrique francophones.
  • L’accord des signatures migratoires pour inciter des étudiants formés en France à rentrer dans leur pays d’origine.
  • Des transferts de technologies entre nos pays pour permettre à terme une plus grande autosuffisance alimentaire et des investissements dans la recherche agricole qui n’ont cessé de chuter depuis des décennies.
  • La négociation d’un accord d’échanges partagés pour favoriser les délocalisations d’industries vers les Pays d’Afrique plutôt que vers l’Asie.
  • Le développement des Pays Africains, la sécurité, les nouvelles technologies, la survie et la réussite d’intégrations des Français issue des anciennes colonies passent nécessairement par une meilleure reconnaissance au-delà de nos frontières.
  • C’est par un le développement du continent africain que nous mettrons fin à l’émigration massive de ses pays vers la France.
  • Atténuer l’immigration en aidant les pays pauvres à se développer.
  • Créer une coopération européenne pour aider, sensibiliser, le retour des clandestins dans leur pays d’origine après la stabilisation.
  • Inciter les multinationales à s’implanter dans ces pays, mais pas les coloniser.
  • inciter les jeunes diplômés issus de ces pays  au retour.