Notre monde  nous a  formatés  pour fonctionner sur un programme  booléen. Il empêche notre bien-vivre ensemble.

Une majorité des  partis  politiques traditionnels sont  automatisés  pour partager le pouvoir entre eux par le biais d’un verrouillage.

Les politiques du futur ne doivent pas être comme les politiques du passé.

L’UFCR se situe au centre du panel politique, en plaçant l’humain au centre de l’action du mouvement, et en adoptant une position au-delà du clivage  droite / gauche. Nous proposons des politiques sociales et économiques de sorte que la France Métropolitaine, la Corse et les DOM /TOM soient un bien commun plus juste, plus prospère et plus écologique.

Notre objectif est de  rassembler les progressistes de l’ensemble du territoire français sous une seule bannière, en se positionnant au delà du clivage droite/gauche.

Ensemble, nous pouvons construire un monde où vos intérêts et ceux de votre famille sont la priorité.

Nous voulons créer un pays d’union nationale, qui dépasse les clivages politiques.

Nous voulons construire un pays qui nous ressemble, un pays admiré sur la scène internationale pour sa générosité et ses idées progressistes. Notre mission est de sauver la démocratie de proximité qui est menacée par une propagande politique qui rebute les électeurs et les électrices. Notre but est de nous assurer que la planète et nos collectivités survivent et prospèrent.

Nous pensons que le clivage droite / gauche fonctionne comme les religions, ce qui a pour conséquence de diviser les humains entre eux.

Nous estimons que le peuple a la capacité de gouverner un pays par le biais d’une union nationale, en adoptant  une assemblée nationale exécutive composée d’un pourcent d’élus issus de la société populaire et du monde  politique. Nous estimons que faire de la  politique n’est pas un métier, simplement aimer son pays et rendre un service temporairement. Nous pensons qu’un pays doit être mieux représenté par son peuple et non par une minorité oligarchique.

Nous voulons apporter des changements aux seins de la vie politique française. Evitons l’affrontement théâtral, voire scénique des partis politiques  traditionnels, qui engendre l’appauvrissement  du peuple et une incompréhension.

Notre modèle de république vise à l’amélioration de la situation de tous, alors que la finance encourage l’augmentation croissante en créant des inégalités.

L’UFCR propose un modèle  basé sur la  justice, la diversité et la solidarité  pour les siècles à venir.

Quels sont les pivots  du modèle  UFCR pour les siècles à venir ?

L’UFCR souhaite  rapprocher le monde  politique de la société civile pour rétablir une confiance réciproque, indispensable à un fonctionnement apaisé de notre démocratie.

Cela passera par des modifications voire une révision  profonde  de la Constitution française, comme par des changements liés à son organisation du monde politique, une vraie démocratie,  l’Instauration  de davantage de transparence dans le monde politique, l’appui  sur la participation citoyenne, l’élection de représentants plus représentatifs.

Nous proposons une refonte profonde de la société afin de mettre en place la maîtrise sociale, la mise en œuvre d’un nouveau partage de la richesse, la  reconnaissance par le travail, le partage  des connaissances et  des pouvoirs.

Il faut aussi faire face aux besoins fondamentaux des citoyens dont la famille, l’école, l’écologie, la santé et le logement.

L’élaboration d’une économie du réel qui positionne les citoyens au centre est primordiale, par l’amélioration  de l’esprit des TPE/PME/PMI, la mise en valeur des zones rurales, des quartiers populaires et les DOM/TOM, le courage  d’un développement solidaire et d’une consommation raisonnable. la considération et l’amour de la France Métropolitaine , La Corse et de l’ensemble des DOM/TOM  comme notre bien commun, en insistant sur la transmission de sa Multiculture, la protection de ses citoyens, la volonté de traiter avec une générosité lucide les questions de diversité, de justice, de solidarité  et de représentativité est essentielle.

Nous voulons restaurer une véritable démocratie représentative et maintenir  une vision cohérente de nos institutions et du monde, dans un souci de justice sociale  et d’ouverture aux autres, depuis son lieu d’habitation  jusqu’aux échanges mondiaux, en passant par la construction d’une coopération européenne solide.

 Enfin, n’oublions pas que tous les citoyens doivent être libres et égaux.

Quelle sont les causes  fondamentales  de tous les problèmes ?

Une société d’injustices et d’inégalités où les forts écrasent toujours les faibles.  Nous considérons  que la toute-puissance finance  peut être combattue.

Le monde  politique français souffre de plusieurs abus  qui contribuent à son décalage avec la société populaire, quelques constats ci-dessous:

  • Une surreprésentation de la fonction publique parmi les membres du gouvernement et les parlementaires.
  • Les dirigeants sont plus en quête de réélection que de l’intérêt général.
  • Les renouvellements successifs de mandat empêchent d’avoir des regards neufs sur les problèmes et les solutions à apporter.
  • Trop de dirigeants qui ont été condamnés se retrouvent parmi nos représentants locaux voire nationaux.
  • Une partie de la population Française en situation de handicap, d’exclusion et issue des quartiers populaires n’est pas représentée.
  • Nos concitoyens ne se sentent plus représentés par des élus qui ne représentent plus qu’eux-mêmes.

Ce décalage entre le peuple et ses élus explique les taux d’abstention record et met la démocratie en danger.

Notre société est ainsi toujours dans l’idée de diviser un peuple, en maintenant une option politique binaire, en cultivant des actions anti-multiculturelle, en choisissant entre l’économie nationale et le profit de l’Union européenne, entre le peuple et la finance,  et surtout, développe son égoïsme.

D’autre part, le fossé s’agrandit entre l’homme  et la nature, la division  entre l’homme et la femme, entre les enfants et les parents, entre les handicapés et les valides, entre la jeunesse et les séniors, entre les classes sociales, entre les ethnies,  entre les religions, entre les multinationales  et le peuple, entre les patriotes  et une minorité oligarchique.

Maintenant  vous pouvez comprendre le proverbe « diviser pour mieux régner ».

Notre peuple souffre de division. Le désespoir devient la réalité, l’avancement vers la détresse, la négligence, l’assistanat, l’insécurité, la peur de l’autre, les préjugés ethniques,  la drogue ou  toute forme violence.

Pourquoi l’homme moderne est-il en crise ?

L’Humanité a connu de réels progrès par le dépassement des penseurs de toutes catégories. Il y a de  plus en plus d’écarts entre les riches et les pauvres, l’Homme moderne  tend à perdre  ses valeurs en entrant dans un cycle d’oubli. Comprendre la civilisation moderne, c’est comprendre son environnement, son égoïsme,  la matérialisation,  la relation entre l’homme et l’argent, entre l’homme et le pouvoir, et que tout ce qui vit dépend du virtuel.

En effet, sans le sens de responsabilité, les comportements des uns et des autres pèsent trop sur le portefeuille du contribuable. La relance de l’éducation, du sens de responsabilité, est beaucoup plus efficace que les dépenses liées à la sécurité. De même, sans politique d’éducation, d’alimentation bio, de responsabilité,  de solidarité, de  santé, d’environnement, les comptes publics exploseront dans les années à venir. Mais pas de bonne politique  sans une vraie représentativité du peuple!

Pas de bonne politique économique sans bonne politique d’éducation.

La souveraineté d’une nation est vitale !

Il est temps que l’on comprenne que notre pays à évolué  vers un monde multiculturel de par son histoire.

Pour conclure, le peuple français n’est ni de droite, ni de gauche, a simplement une idéologie de gauche et une réalité de droite.